6 conseils pour accompagner vos enfants ou élèves vers une rentrée scolaire heureuse !

Bien être à l'école

Mais comment rendre nos enfants ou nos élèves plus heureux ?

6 conseils pour parents ou enseignants


  1. Être bienveillant : la mise en confiance de l’enfant passe par un climat de bienveillance. Grâce à celui-ci, le jeune trouvera une écoute, des rencontres, des échanges pour lui permettre d’exprimer ses difficultés, ses peurs.
    Vous, en tant que parent ou enseignant, vous pouvez lui offrir ses moments où le jugement est laissé de côté au profit de l’écoute et de la bienveillance. Ce peut être l’occasion d’aller plus loin en essayant de comprendre la difficulté de l’enfant qui créé son mal-être. 
  2. Apprendre à l’enfant la prise de conscience de ses émotions : j’ai pu par groupe dans un lycée permettre à des jeunes d’exprimer leurs émotions négatives pour leur permettre de les libérer. Puis nous avons élargi leur potentiel d’émotions positives. Tout cela grâce à l’outil que j’utilise qu’est l’EFT (technique de libération émotionnelle).
    Cela a permis de développer ce que l’on appelle  « l’intelligence émotionnelle ». Ce furent de bons moments d’écoute, d’échange et de libération de ces émotions.
    Beaucoup de ces jeunes exprimaient le fait qu’ils ne pouvaient pas parler de leurs émotions négatives à leur parent par peur d’être jugé, critiqué, moqué !!!
    Offrons ces moments à nos enfants ou nos élèves, quel que soit leur âge. 
    Profitez de cette technique puissante pour accompagner vos enfants dans la libération de leurs émotions négatives (pour en savoir plus >)                 
  3. Retrouver l’envie d’apprendre en les responsabilisant : Nous remarquons que quand les enfants sont petits, ils nous posent énormément de questions. Ils sont curieux, ils veulent tout savoir.. mais qu’en est-il quand ils sont plus grands ? L’école ne répond pas toujours à la curiosité de l’enfant, d’où son ennui. Nous remarquerons, que pour les motiver, il faut partir de leurs préoccupations, les rendre acteurs de leurs apprentissages.
    Là aussi, l’écoute est primordiale. A partir du moment où vous vous adapterez à leur besoin, ils se sentiront davantage engagés et responsabilisés
  4. Valoriser le travail collectif : L’enfant va rencontrer des obstacles, ce qui suscite un désir d’apprendre. Grâce à ses efforts, il retrouvera son équilibre qui sera source de bonheur. Le travail collectif enrichit le jeune en rencontrant d’autres représentations, d’autres démarches. La vie en groupe permettra d’exprimer ses besoins et ses valeurs, ce qui favorise le bien être et surtout permet l’apprentissage de la tolérance.
  5. Développer sa confiance : pour que le jeune se sente en confiance à l’école, cela passe par la culture du respect -> respect de l’adulte envers les élèves et inversement, et bien sûr entre élèves. Cela nécessite d’avoir défini et partagé —et faire respecter — un règlement clair, juste et équitable qui permettra de responsabiliser les élèves par rapport à leur différence, à la spécificité de l’autre (travaux de groupe, projets extra-scolaires…).
  6. Créer un sentiment d’appartenance : Pour être heureux à l’école cela suppose de se sentir bien et intéressé par tout ce qui s’y déroule. C’est pour cette raison qu’il est important de créer des projets, des parrainages, des échanges avec des écoles étrangères, des suivis de sportifs en expédition, des projets créatifs…qui créeront des liens entre ces différents univers et un sentiment de fierté. Et surtout ne pas hésiter à intégrer les parents à certains projets.

Le bonheur ne s’invente pas, le bonheur s’apprend !

Alors maintenant c’est à vous en tant que parent ou enseignant d’accompagner vos enfants vers ces piliers de l’intelligence émotionnelle.


 Valérie BRONI


Bientôt la rentrée scolaire !!

Quand je demande aux enfants s’ils sont contents de rentrer ou de retourner à l’école, beaucoup me répondent : bof ! bof !

La rentrée est synonyme de stress (Quel professeur des écoles vais-je avoir ? Quels profs au lycée, pourvu que je n’ai pas celui que je n’aime pas !….), de doute (Est-ce que je vais y arriver !…), d’ennui, de mal-être car souvent on nous décourage. Voilà ce qui est dit par des jeunes que j’accompagne régulièrement.

Mais nos enfants peuvent retrouver le goût d’aller en classe !

Nous remarquons de plus en plus d’ouvertures d’école à pédagogie nouvelle et certaines écoles publiques qui se remettent en question, souhaitant rendre leurs élèves plus heureux. J’ai travaillé d’ailleurs l’année dernière avec certaines, et notre collaboration a permis d’aider plusieurs jeunes à se sortir de ce mal-être.